LE JUDO

Le judo ( jūdōlitt. « voie de la souplesse ») a été créé en tant que pédagogie physique, mentale et morale au Japon par Jigorō Kanō en 1882. Il est généralement catégorisé comme un art martial moderne, qui a par la suite évolué en sport de combat et en sport olympique. Sa caractéristique la plus proéminente est son élément compétitif dont l’objectif est soit de projeter, soit d’amener l’adversaire au sol, et de l’immobiliser (Techniques de maîtrise), ou de l’obliger à abandonner à l’aide de clés articulaires et d’étranglements. Les frappes et coups à main nue ainsi que les armes font aussi partie du judo mais seulement sous la forme pré-arrangée (kata) et ne sont pas autorisés en judo de compétition ni en pratique libre (randori).

Le lieu où l’on pratique le judo s’appelle le dojo (dōjō, littéralement lieu d’étude de la voie). Les pratiquants nommés judokas, portent une tenue en coton renforcée appelée judogi, ou communément « kimono » en France (même si le terme kimono en japonais ne correspond pas). Le judogi est généralement blanc, mais pour faciliter la distinction entre les combattants dans les compétitions, un judoka peut avoir un judogi bleu dans les compétitions internationales. Le judo se pratique pieds nus, chez les hommes torse nu sous le judogi et chez les femmes un tee-shirt blanc sous le judogi. Les judokas exercent, à l’entraînement et en compétition, sur un tatami, un tapis raide qui amortit les chocs et délimite une zone de combat en carré à l’aide de tapis de couleurs différentes, dont la surface de combat est de 64 mètres carrés (8 x 8) au minimum et de 100 mètres carrés (10 x 10) au maximum. Le judo est un sport olympique et nécessite de l’implication tant au niveau du combat qu’au niveau des rencontres techniques et de l’aide aux événements pour atteindre un grade élevé.

HISTOIRE

Le souhait de Jigoro Kano, son fondateur, était de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales en prenant comme point de départ l’enseignement des koryū (anciennes écoles traditionnelles), Tenshin Shinyo Ryū et Kito Ryū, qu’il avait pratiqué durant six années. La légende dit que pour établir les principes du judo, il s’inspira du spectacle d’arbres couverts de neige, lors d’un hiver rigoureux, en remarquant que les branches du cerisier réagissaient différemment des roseaux (cette légende est en fait celle de la création du ju-jitsu bien avant la création du judo).

Sous le poids de la neige abondante, les branches de cerisiers, dures, cassaient alors que les roseaux, plus souples pliaient et se débarrassaient de « l’agresseur » avec souplesse. La voie de la souplesse était née.

La « légende », dans sa simplicité, n’est pas éloignée du souhait initial de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales. Jigoro Kano avait conscience que le ju-jitsu tel qu’il était pratiqué n’était plus adapté à l’époque moderne. Les techniques étaient parfois très dangereuses à apprendre et la plupart des maîtres n’étaient pas très pédagogues ou enseignaient un ju-jitsu décadent et inefficace. En s’inspirant des méthodes de différentes gymnastiques occidentales, Jigoro Kano décida d’expurger du jujitsu les mouvements dangereux et de codifier les techniques restantes afin de faciliter l’enseignement sous formes de kata. L’art de la souplesse, débarrassé de sa vocation guerrière, n’était plus du ju-jitsu, mais une nouvelle voie martiale (budō) à vocation éducative. Le judo était né.

Le judo connut un succès qui s’étendit largement au-delà des frontières japonaises et contribua largement à populariser les arts martiaux japonais, tout en entraînant la confusion entre art martial et sport de combat. Ainsi, le judo des origines s’orienta de plus en plus vers l’aspect sportif lorsque les champions du Kodokan eurent définitivement battu la plupart des écoles de ju-jitsu au cours de combats organisés. Le pouvoir économique du Kodokan était ainsi définitivement installé dans le monde des arts martiaux japonais.

Le judo commence à être enseigné au Japon en 1882, au Kodokan, en France par maître Mikinosuke Kawaishi, Shi-Han, titre de noblesse lui conférant le droit de s’asseoir à la droite de l’empereur (1899-1969). Mikinosuke Kawaishi ouvre son premier dojo au 109 boulevard Auguste-Blanqui, à Paris XIIIe dans un ancien atelier et publie le premier recueil Ma méthode de Judo, au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Il est secondé par maître Shozo Awazu (1923-2016). Moshe Feldenkrais (1904-1984) crée en 1936 le 1er club de Judo en France le Jujitsu-Club de France, puis en 1946, Paul Bonet-Maury fonde la Fédération française de judo et de jiu-jitsu (FFJJJ) dont il devient le 1er président et qui se sépare ainsi de la Fédération française de lutte et deviendra par la suite la Fédération française de judo-jujitsu, kendo et disciplines associées.

En 1947, Jean de Herdt fonde le Collège des Ceintures Noires de judo dont le 1er président élu sera Jean Andrivet.

C’est aussi à cette époque que se développera le côté sportif et qu’apparaitront les premières compétitions. Le nombre de pratiquants de par le monde s’accroît alors considérablement.

Le judo est la discipline la plus pratiquée en France, devant le karaté et l’aïkido. Il est le quatrième sport le plus pratiqué en France en 2012 avec plus de 600 000 licenciés et 5 547 clubs. Le judo masculin a été testé dans le programme olympique pour les jeux de Tokyo en 1964, et définitivement admis aux J.O. de Munich en 1972. Le Judo féminin fut présent en tant que sport de démonstration aux J.O. à Séoul en 1988, mais qu’officiellement au programme à partir des J.O. de Barcelone en 1992. Dans le monde le judo est le troisième art martial le plus pratiqué derrière le karaté et le taekwondo avec 8 millions de pratiquants.

CODE MORAL

Shozo Awazu fait partie de ceux qui sont à l’origine du Code moral du Judo créé, en 1985, par Bernard Midan, sur la base du code d’honneur et de morale du collège national des ceintures noires proposé par Jean-Lucien Jazarin sur la base du texte de Nitobe.

  • La politesse, c’est le respect d’autrui.
  • Le courage, c’est faire ce qui est juste.
  • La sincérité, c’est s’exprimer sans déguiser sa pensée.
  • L’honneur, c’est être fidèle à la parole donnée.
  • La modestie, c’est parler de soi-même sans orgueil.
  • Le respect, sans respect aucune confiance ne peut naître.
  • Le contrôle de soi, c’est savoir se taire lorsque monte sa colère.
  • L’amitié, c’est le plus pur et le plus fort des sentiments humains.

Lorsqu’il a créé le judo, Jigorō Kanō voulait extraire du jiu-jitsu un moyen d’éducation du corps et de l’esprit « adapté à l’éducation de toute une nation ». Depuis sa création, l’enseignement du judo est accompagné de l’inculcation au judoka de fortes valeurs morales. Certaines valeurs du judo sont donc directement extraites du bushidô.

Le respect et la confiance que l’on accorde à son adversaire lors d’un combat de judo sont primordiaux. En effet, lorsqu’un judoka fait chuter son adversaire, il doit garder le contrôle de sa prise, et la plupart des prises nécessitent de retenir son adversaire pour qu’il chute « correctement ». À défaut, l’adversaire pourrait être gravement blessé. Les clés de bras pourraient facilement disloquer ou déboîter les articulations de son adversaire. Les étranglements, s’ils étaient mal exécutés ou mal maitrisés, pourraient eux aussi être très dangereux. Mais le respect et la confiance du judoka envers un autre judoka lors d’un combat sont absolus. Au judo, les valeurs morales sont plus importantes que la technique elle-même.

Les nombreux saluts sont la marque la plus visible du respect qui régit le judo.

TECHNIQUE

Le judo sportif différencie explicitement :

  • les techniques de projection visant à déséquilibrer l’adversaire pour le faire tomber au sol, vers l’arrière, l’avant ou le côté : nage waza dans lequel on retrouve :
    • le groupe des techniques debout : tachi waza
      • les techniques de jambes : ashi waza
      • les techniques de bras (épaule) : te waza
      • les techniques de hanches : koshi waza
      • les techniques de sacrifice dans l’axe : ma sutemi waza parmi lesquelles on retrouve la fameuse « planchette japonaise » (Tomoe nage)
      • les techniques de sacrifice sur le côté : yoko sutemi waza
      • les techniques d’enroulement : makikomi waza
  • les techniques de contrôle visant à dominer l’adversaire : katame waza dans lequel on retrouve :
  • les techniques pratiquées au sol : ne waza
    • les techniques d’immobilisation : osae komi waza, qui s’effectuent lorsque l’adversaire est couché sur le dos, les deux épaules au sol (au contraire du système jujutsu-fighting où une immobilisation sur le ventre est comptabilisée).
    • les techniques d’étranglement : shime-waza, qui peuvent porter sur le système respiratoire obligeant l’adversaire à abandonner rapidement (hadaka-jime par exemple), ou sur le système sanguin du cou (comme sankaku-jime), plus rapide à agir mais aussi plus dangereux.
    • les techniques de luxation : kansetsu waza, portées uniquement sur le coude (comme ude-gatame et waki-gatame).

Les techniques de luxation et d’étranglement sont également autorisées debout (en tachi waza), bien que très rarement vues et utilisées en compétition. En effet, le règlement interdit l’amenée au sol par ces techniques, ce qui les rend plus difficiles à placer.

Certains katas (formes) de judo nécessitent de pratiquer également les techniques de frappe (atemi waza). On y retrouve

  • les coups de pied (geri),
  • les coups de poing (tsuki)
  • les coups du tranchant de la main (shuto).

Aucun coup n’est porté.

ENTRAINEMENT

Les plus jeunes judokas pratiquent leur sport de manière ludique grâce aux entraînements sous forme de jeux proposés par l’entraîneur qui les aide à prendre confiance en eux et à découvrir leur corps qui va évoluer. Une des étapes indispensables est l’apprentissage de la chute, les ukemi. Ils vont devenir plus sûrs d’eux, plus souples et plus forts afin de se préparer pour les prochaines compétitions et pour le prochain passage de grade.

Le passage se déroule en général à la fin de la saison avec son professeur (pour tous les grades jusqu’à la ceinture marron incluse), qui demande à l’élève d’effectuer certaines techniques qu’il a apprises au cours de la saison. Ces techniques sont à effectuer avec un partenaire : Tori, celui qui saisit, et Uke celui qui « reçoit » l’action de son partenaire.

Lors des randoris, combats d’entraînement, il y aura les « souples » qui consistent à se laisser tomber si son partenaire a bien fait sa technique, puis le randori « normal », c’est-à-dire, que le but est de ne pas tomber sur le dos (comme en compétition) mais sans se faire mal ou mal à son partenaire et sans commettre de faute. L’entraînement est fait pour apprendre et il faut tomber pour apprendre !

  • Tandoku-renshu : Couramment traduit par « judo contre l’ombre » « désigne l’entraînement en solitaire sans l’aide d’un partenaire ».
  • Uchi-komi : signifie « marteler ». Se pratique à deux pour travailler en répétition l’entrée d’une projection (déséquilibre « Kuzushi », placement du corps « Tsukuri ») sans faire chuter le partenaire.
  • Nage-komi : se pratique à deux, c’est la suite logique de l’uchi-komi puisqu’il s’agit de répéter plusieurs fois une technique entière, avec chute (« Tsukuri-Kuzushi-Kake ») lorsque l’on travaille le nage-waza. Il est possible de travailler en nage-komi en ne-waza (au sol).
  • Yaku-soku-geiko : traduit par entraînement conventionnel, dans le même esprit que le nage-komi, cet exercice s’effectue en déplacement permanent, lors duquel Tori profite d’opportunités pour lancer des attaques. Uke chute à chaque fois, n’esquive ni ne bloque les attaques.(c’est une sorte de randori d’étude).
  • Kakari-geiko : est une sorte de randori dans lequel on impose un thème. On peut donner comme exemple : Tori (celui qui saisit) a un rôle offensif, il attaque constamment Uke (celui qui reçoit) qui doit se défendre sans toutefois bloquer complètement Tori afin de lui permettre de travailler. On peut appeler cela une opposition standardisée.
  • Randori : se traduit par « saisies libres ». Le randori est une forme de combat souple, dans lequel les deux judokas sont partenaires plus qu’adversaires puisqu’ils doivent permettre à l’autre de travailler. Il faut donc ne pas bloquer l’autre, tout en opposant une résistance modérée pour simuler les conditions d’un combat. C’est un exercice difficile à réaliser dans cette optique.
  • Shiai : « Combat martial de la compétition pure où aucune erreur n’est permise sous peine de perdre le combat ».

KATAS

Ces katas représentent des exercices de style, de concentration particulièrement difficiles et constituent la source même des principes du judo. La bonne exécution de ces katas nécessite de ce fait de longues années de pratique pour permettre au judoka d’en saisir le sens profond.

Les plus connus des katas sont :

  1. formes du Kodokan :
    1. Nage-no-kata (forme des projections) composé de 5 groupes (te-waza, koshi-waza, ashi-waza, mae-sutemi-waza, yoko-sutemi-waza).
    2. Katame no kata (forme des contrôles) composé de 3 groupes (osae-komi-waza, shime-waza, kansetsu-waza).
    3. Kime-no-kata (forme de la décision).
    4. Kodokan Goshin-Jutsu (Nouveau Jujitsu. Techniques de défense personnelle du Kodokan).
    5. Ju-no-kata (forme de la souplesse).
    6. Itsutsu-no-kata (forme des cinq principes).
    7. Koshiki-no-kata (forme des techniques anciennes).
    8. Seiryoku-zen’yo-kokumin-taiiku (éducation physique nationale pour l’efficacité maximum) – ce kata contient le kime-shiki (forme de la décision, à destination des femmes).
    9. Joshi goshin-ho
  2. autres formes :
    1. Go-no-sen-no-kata (forme des contre-prises)
    2. Nanatsu-no-kata (forme des sept techniques)
    3. Nage-Ura-No-Kata (autre forme de contre prises créée par maître Mifune)
    4. Go-no-kata (forme de dureté)

Concours de kata : depuis quelques années des compétitions de kata sont organisées à travers l’Europe et le monde, notamment en Belgique et en France où il existe un circuit national.

GRADES

Les grades sont attribués à un pratiquant et permettent d’évaluer son niveau technique, son efficacité en combat, son degré d’ancienneté ainsi que ses qualités morales, ce qui correspond au respect scrupuleux du code moral ainsi qu’un investissement suffisant dans la pratique. Sans un minimum de respect des règles exigées, aucun judoka ne peut prétendre à l’obtention d’un grade.

Les ceintures de couleurs ont été inventées en Angleterre au milieu des années 1920 puis introduites en France par le professeur Mikinosuke Kawaishi. On trouve dans l’ordre les ceintures blanche, jaune, orange, verte, bleue et marron. Suivent les ceintures dites supérieures, respectivement noire du 1er au 5e dan, rouge et blanche du 6e au 8e dan, et enfin rouge pour les 9e et 10e dan.

La ceinture violette a été retirée depuis la mise en place des ceintures bicolores (blanche-jaune, jaune-orange, orange-verte) représentant des grades alternatifs pour évaluer et récompenser les plus jeunes ; la ceinture verte-bleue a quant à elle été abandonnée lors du passage de l’âge requis de 16 ans à 15 ans pour l’obtention du 1er dan. On trouve aussi, dans la catégorie éveil-judo, les ceintures blanches à 1 ou 2 « lisérés » horizontaux. Il se peut aussi d’avoir des barrettes à la place d’une ceinture blanche-jaune. Ce qui donne une ceinture blanche avec une barrette jaune à coudre, ainsi de suite jusque parfois trois barrettes (en Belgique).

Symboliquement, il fut donné à Jigoro Kano, le fondateur du judo, une ceinture particulière à titre posthume, la ceinture blanche large, de la couleur des débutants pour signifier que l’on n’a jamais tout appris et qui correspond au 12e dan, sachant qu’il n’y a pas de 11e dan.

Les ceintures de couleurs blanche à marron correspondent à des grades nommés kyu : du 9e kyu représenté par la ceinture blanche jusqu’au 1er kyu par la ceinture marron.

En France, les grades inférieurs à la ceinture noire sont délivrés par un professeur de judo diplômé d’État, le plus souvent à la suite d’un passage de grades organisé par le club, selon des critères techniques, des résultats ou participations aux diverses compétitions, du comportement de l’élève (lié au code moral du judo) qui porte sur la présence durant la saison, vis-à-vis de ses camarades…

Au-dessus des kyu, les niveaux sont nommés dan : du 1er dan au 5e dan, la ceinture est noire ; les 6e7e et 8e dan sont représentés par une ceinture à larges bandes rouges et blanches alternées, les 9e et 10e dan par une ceinture rouge. Après la ceinture rouge, il y a une ceinture qui n’a été obtenue que par Jigorō Kanō, la ceinture blanche large (11e et 12e dan, 12e dan que maître Kano n’a obtenu qu’à titre posthume).

  • Les 2e et 3e dan correspondent au nom japonais de deshi qui signifie disciple.
  • Les 4e et 5e dan au renshi (maîtrise extérieure)
  • Les 6e et 7e dan au kyoshi (maîtrise intérieure)
  • Les 8e et 9e dan au hanshi (maîtrises intérieure et extérieure unifiées)
  • La 10e dan au keijin (trésor vivant).

L’obtention des niveaux à partir de la ceinture noire peut se faire de deux manières :

En compétition, il faut passer trois UV (unités de valeur)

  • un examen de katas devant un jury régional ou national officiel
    • gagner des points lors de combats officiels (44 en un tournoi ou en un shiai ou 100 sur plusieurs et 120 pour le troisième et quatrième dan) entre ceintures noires et marron (pour l’obtention du premier dan)
    • participer à un stage concernant l’organisation et l’arbitrage des compétitions. Pour le premier et second dan, un requis d’arbitrage est obligatoire. Ce requis consiste à passer un après-midi sur une compétition officielle en tant qu’arbitre auxiliaire (commissaire sportif) pour le premier dan et arbitre pour le second dan.
  • Expression technique

Il faut passer différents UV définis pour chaque grade. Citons pour exemple les UV du 1er dan expression technique

  • UV1 : katas
  • UV2 : techniques debout et sol
  • UV3 : exercices d’application judo
  • UV4 : techniques de défenses ju-jitsu

Bien souvent, en parlant de « ceinture jaune » ou de « ceinture noire », on désigne par métonymie non pas la ceinture en elle-même, mais le détenteur du grade associé. Il est donc possible de dire : « ce judoka est une ceinture noire ».

ARBITRAGE

  • Termes génériques
    • Hajime (les mains le long du corps) : commencez
    • Mate (bras tendu vers les commissaires sportifs, paume face à la table) : pause dans le combat
    • Soremade : fin du combat
    • Hiki-wake : égalité
    • Sonomama (en touchant les deux combattants) : ne bougez plus (lorsque l’arbitre veut vérifier quelque chose sans modifier l’issue du combat ou replacer un combattant en immobilisation)
    • Yoshi (en touchant brièvement les deux combattants) : reprenez le combat (après sonomama)
    • Hantei : décision des juges
  • Avantages (tous les points donnés ci-dessous sont attribués lors des compétitions officielles)
    • Kinza : n’est pas « ouvertement comptabilisé » par l’arbitre, mais est gardé en tête par ce dernier jusqu’à la fin du combat, et, en cas d’égalité, permet de désigner un vainqueur. Parfois en cas d’égalité, même si aucun combattant n’a chuté, si l’un des deux combattants a entrepris beaucoup plus d’attaques que l’autre, en prenant beaucoup plus de risque que l’autre, il peut être désigné vainqueur par l’arbitre.
    • Koka : 3 pts a disparu du judo moderne depuis la saison 2008-2009 pour les minimes, cadets, juniors et seniors (règlement français et international). Il désignait une chute, sur la partie arrière du corps, sans qu’aucune épaule ne touche à terre, mais avec suffisamment de vitesse, de force et de contrôle. Dans le cas général, une chute sur les fesses entraînait un koka. Il est devenu un kinza.
    • Yuko : 5 pts a disparu du judo moderne depuis la saison 2017-2018 pour les minimes, cadets, juniors et seniors (règlement français et international). Il désignait une chute sur le côté mais plus côté ventre, considéré comme valeur basse, attribué lors d’une projection, un temps d’immobilisation au sol ou sanction à l’adversaire.
    • Waza-ari : 7 pts (bras tendu sur le côté au-dessus de l’horizontale, doigts tendus) — « Il y a technique », par projection temps d’immobilisation au sol ou sanction à l’adversaire.
    • Ippon : 10 pts (bras tendu au-dessus de la tête, doigts tendus) — « Un point », par projection dite « parfaite », immobilisation de l’adversaire jusqu’au terme du temps, debout ou au sol, par abandon de l’adversaire par soumission (à la suite d’un étranglement ou d’une clef de bras), c’est la fin du combat.

Nouvelle répartition des avantages et critères d’attribution :

  • Ippon : impact significatif sur le dos. Donne immédiatement la victoire.
  • Waza-ari : impact sur le côté prononcé vers le dos. Deux Waza-ari donnent la victoire.  » Waza-ari awasete ippon », »victoire par waza-ari combinés ». (Durant une courte période des saisons 2016-2017 et 2017-2018, le cumule de waza-ari n’entrainait plus un ippon)
  • Yuko : impact sur le côté prononcé vers le ventre (retiré dans les nouveaux règlements de l’IJF 2017, valable à un waza-ari=1 pt
  • ne-waza :
    • Osae-komi : début d’immobilisation
    • Toketa : sortie d’immobilisation
  • Sanctions :
    • shido : le premier avertissement est « gratuit » et oral, anciennement il donnait un Koka
    • chui : 2e avertissement (donnait anciennement un Yuko)
    • keikoku : 3e avertissement dernier avant disqualification
    • hansoku-make : faute grave (disqualification de la compétition ou du combat) ou accumulation de trois fautes légères (disqualification du combat).
  • Nouvelles répartitions des sanctions :
    • Shido — avertissement pour faute, au nombre de trois maximum.
    • Hansoku-make — le troisième Shido donne Hansoku-make, disqualification par accumulation de fautes

Le nouveau règlement d’arbitrage prévoit Hansoku-make direct s’il y a mauvais esprit du judo, saisie en dessous de la ceinture.

Source : Wikipedia